JOURNAL DE L'ASSOCIATION

CE JOURNAL EST POUR VOUS ET POUR VOUS PERMETTRE DE VOUS EXPRIMER SUR VOTRE ASSOCIATION OU TOUT AUTRE SUJET CONCERNANT L'ÉCOLOGIE, LE BIO, L'ENVIRONNEMENT, ETC...

ENVOYEZ VOS MESSAGES, COMMENTAIRES  ET ARTICLES PAR MAIL OU DÉPOSEZ LES À LA COOP, ILS SERONT PUBLIÉS DANS ''L'ÉPEAUTRE DÉCORTIQUÉ'' APRÈS VALIDATION.

À VOS PLUMES ET CLAVIERS !

de la part de Mireille le 24 / 10 /2013

Bio Consom'acteurs :

Agir pour une bio locale et équitable

La bio, un juste choix pour plus d'emploi

Le 1er octobre dernier, le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, Philippe Martin, a été auditionné par la commission des affaires économiques et la commission du développement durable du Sénat. A cette occasion, s'appuyant sur les résultats de l'étude du GIEC, le ministre indiquait que : « la transition écologique n'est pas une option mais une obligation, qu'il est urgent d'agir ». « Je suis aussi convaincu que la transition écologique représente une part non négligeable de la solution aux difficultés économiques et sociales que vivent nos concitoyens », ajoute t-il. Echaudés par l'échec du Grenelle de l'environnement et déçus par la nouvelle feuille de route pour la transition écologique que le gouvernement a publié le 28 septembre dernier, les écologistes s'interrogent sur la crédibilité de ces propos.

Pour sa part, Bio Consom'acteurs s'est inscrit dans une démarche de transition éthique de l'agriculture et de l'alimentation depuis sa création, près de 10 ans, tant réclamée par les plus visionnaires de nos concitoyens et devenue vitale pour les générations futures.

C'est donc tout naturellement que notre association s'est associée à un groupe d'organisations citoyennes, le Collectif pour une transition citoyenne, et participe ainsi d'une manière concrète à la transition sociale, écologique et économique de la société. Agriculture, éducation, énergie, finance, économie, bien-être social, insertion, démocratie, accompagnement du changement…, tels sont les domaines d'activité des mouvements citoyens composant ce collectif. Nous vous tiendrons régulièrement informés des actions engagées par le collectif.

Le scénario NégaWatt réalisée en 2011 fait apparaître un solde positif création/destruction de 684 000 emplois lié à la transition énergétique. De son côté, Terre de liens Normandie a mis au point un convertisseur alimentaire permettant d'évaluer l'impact d'une relocalisation des achats alimentaires en terme d'emploi. Le solde positif s'élève à 600 000.

C'est gagnant-gagnant : à la fois bon pour l'homme et la planète, et bon pour l'économie. Alors, pourquoi nos gouvernants, les élus, tergiversent-ils ainsi de quinquennat en quinquennat ? Le club Objectif bio, qui réunit des parlementaires et des associations - dont Bio Consom'acteurs - autour des possibilités liées au développement de la bio, pourrait changer la donne.

Claude Jourdren, vice-président de Bio Consom'acteurs
--
Sources :
Audition de Philippe Martin, ministre de l'écologie, au Sénat le 1er octobre 2013
Transition écologique: le gouvernement publie sa feuille de route (lagazette.fr du 30 septembre 2013)
Collectif pour une transition citoyenne
Emission C'est pas du vent du 13 octobre 2013 sur RFI: les Etats généraux de la transition citoyenne

Articles à (re)lire :
Agroécologie: une agriculture d'avenir en éclosion
Installation en agriculture: couvez-vous bien!
La première amap française menacée d'expropriation

A (ré)écouter, deux entretiens accordés en 2011 par Bernard Dufournet, président à l'époque de La Terre en Héritage, une association de Haute-Savoie membre du réseau Bio Consom'acteurs :
Devenir acteur de son territoire !
Pourquoi si peu de cantines bio en France ?

___________________________________________________

26 Mai 2013 08h40 envoyé par Patrick D'Isep

INTERDICTION DE SEMENCES NON TESTÉES:

LES JARDINS PRIVÉS NE SERONT PAS CONCERNÉS

ASSURE LA COMMISSION EUROPÉENNE

Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne souhaite l'illégalité de la pousse, la reproduction ou la vente des semences de végétaux qui n’ont pas été testées et approuvées par une nouvelle autorité (l’Agence européenne des variétés végétales). En criminalisant la culture privée de légumes, la Commission européenne remettrait le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.

"Nous voulons rester libres de manger ce que nous voulons et ce que nous cultivons et libres de cultiver les variétés anciennes." Ces mots sont ceux de Damien, l'un de nos internautes qui nous avait écrit via notre page Alerte-nous pour rappeler qu'une marche pacifique mondiale se déroulait ce samedi 25 mai contre Monsanto. En Belgique, la mobilisation a eu lieu à 16h à Bruxelles (quelque 1.000 personnes se sont réunies place de la Bourse) et à 14h à Anvers (80 personnes ont été arrêtées). Monsanto est un géant américain producteur de semences génétiquement modifiées.

Pour les militants d'aujourd'hui, il s'agit principalement de dénoncer une nouvelle loi proposée par la Commission européenne qui veut rendre illégal le fait de faire pousser, de reproduire ou de vendre des semences de végétaux qui n’ont pas été testées, approuvées et acceptées par une nouvelle autorité (l’Agence européenne des variétés végétales). Les jardiniers qui cultivent leurs propres plantes à partir de graines non réglementées pourraient-ils un jour être considérés comme des criminels en vertu de cette loi ? La Commission assure que non. "L’utilisation de semences dans les jardins privés n’est pas régie par la législation de l’UE et les jardiniers amateurs pourront continuer à acheter tout type de matériel végétal et à vendre leurs semences en petites quantités. En outre, il sera précisé que tout non-professionnel (jardinier amateur, par exemple) peut procéder à des échanges de semences avec d’autres particuliers sans être concerné par les dispositions du règlement proposé", précise la Commission dans un communiqué expliquant sa proposition de loi.

> LA PROPOSITION DE LOI DE LA COMMISSION EUROPEENNE

lien pour accéder au texte :

http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-13-398_fr.htm

 

Les OGM progressent aux Etats-Unis

Mais les petits acteurs du secteur restent méfiants. Ils s'insurgent contre des propositions qui favoriseraient les poids lourds de l'industrie semencière (Monsanto, Pionner, Sygenta et Dupont). Ils en veulent pour preuve les Etats-Unis où les anti-OGM dénoncent le Monsanto Protection Act: un amendement glissé dans une loi budgétaire pour l'agriculture qui indique que la justice américaine ne pourra plus s'opposer aux mises en culture de plantes génétiquement modifiées, même si leur homologation est contestée devant un tribunal.

Indignation
Les eurodéputés verts voient d'un mauvais oeil la proposition de la Commission jugée "contreproductive et dangereuse": "La biodiversité est en danger. Les multinationales ont focalisé leurs efforts sur la création de plantes à haut rendement, mais qui sont fragiles. Elles ne peuvent subsister que dans un environnement artificialisé dépendant des engrais chimiques et des pesticides, donc du pétrole", affirme José Bové.

Un avis partagé par notre internaute Damien: "Monsanto cherche à privatiser comme d'autres multinationales les semences, ce qui mettrait en péril notre indépendance, notre souveraineté et notre sécurité alimentaire en tant que consommateur et producteur. On pourrait croire que cela touche seulement les agriculteurs, mais pas du tout. Ces multinationales font pression dans les plus hautes sphères politiques de l'Europe à tel point que les petits jardiniers belges pourraient se trouver dans l'illégalité de semer leur propre variété récoltée d'année en année." 

Talbi Taoufik

(Source: Lejournaldusiecle.com, Lemonde.fr, Rue89.fr et AFP)

 

_________________________________________________________________________________

Message du 16/05/13 10:57
 
DE MARIE REBINGUET
Un nouvel article sur le blog yog.lavie.over-blog.com

 

 ________________________________________________________________________________